L’innnovation, moteur de notre société

Depuis plus de 10 ans, l’organisation sans but lucratif Innovage s’engage inlassablement en faveur de la société. Sa réussite s’explique en quelques mots : à la base, une bonne idée, une bonne dose de savoir et d’expérience professionnelle, le tout accompagné de membres dévoués.


Denise Moser, saisissant sa tasse, savoure avec bonheur son aromatique expresso : une coutume à laquelle, chaque après-midi, elle ne saurait renoncer, malgré son emploi du temps chargé. En effet, pour elle, la tradition et l’innovation vont de pair. Présidente d’Innovage Suisse depuis quatre ans, cette véritable turbine électrique est, depuis sa retraite de son poste chez SRF, active dans le bénévolat. Âgée de 75 ans, elle s’engage en faveur d’Innovage depuis 2013, et met tout en œuvre pour faire connaître cette organisation et la maintenir sur la voie du succès. Mais son engagement ne profite pas qu’à la société : « Mes activités physiques et mentales me gardent en forme et me permettent de bien vieillir », déclare-t-elle.

L’an dernier, la fondation generationplus a honoré Innovage pour ses activités en lui décernant le prix Eulen. Denise Moser s’en réjouit tout particulièrement : « Cette distinction est la reconnaissance de l’engagement de longue date de nos membres dans l’ensemble des réseaux. »

L’organisation Innovage

Le concept Innovage — qui allie, par son nom même, l’innovation et l’âge — a été lancé en 2006 par Heinz Altorfer, ancien responsable des affaires sociales du Pour-cent culturel Migros (Fédération des coopératives Migros). Conjointement avec Colette Peter, ancienne directrice de l’Institut de développement socioculturel de la Haute école spécialisée de Lucerne, il a mis sur pied ce projet. 

A l’heure actuelle, environ 150 spécialistes et cadres retraités sont organisés en neuf réseaux dans toute la Suisse sous l’égide d’Innovage.ch. Ils mettent gratuitement leurs connaissances et leur expérience à disposition pour le développement et le soutien de projets à but non lucratif. Heinz Altorfer aime évoquer ses souvenirs des débuts d’Innovage de même que l’esprit de cette initiative : « Les seniors, avec l’expertise et l’expérience de vie dont ils disposent, représentent une force qui est une valeur ajoutée pour la société. »

A l’inverse, la jeune génération apporte un soutien essentiel pour Innovage. A commencer, par exemple, par le projet « The Movement Spot » de jeunes danseurs de breaking. Quatre membres du réseau Innovage Suisse - Nord-Ouest ont aidé Coskun Erdogan, Jason Angelokas et Lucas del Rio Estévez dans la réalisation de leur projet en leur fournissant des conseils sur les questions administratives, juridiques et financières. Coskun Erdogan, l’initiateur, déclare : « Cette vision sous un autre angle nous manquait, à nous les jeunes. Les professionnels retraités d’Innovage nous ont permis de mettre les choses en perspective. » Il faut souvent davantage que du dévouement, estime ce membre du conseil d’administration, qui ajoute : « Nous avons des idées ; or, souvent les projets échouent à cause de l’argent, mais malheureusement aussi à cause du manque de savoir-faire des jeunes. »

Les conseils en matière de projets sont la force d’Innovage. Ses membres apportent, entre autres, leurs connaissances et leur expérience du monde des affaires, du domaine social, de la santé et des finances, de la recherche et de l’administration. Chaque année, ils soutiennent 125 projets à travers toute la Suisse. Pour de nombreux membres Innovage, trouver un sens à leur retraite est important une fois leur activité professionnelle lucrative terminée. Walo Tödtli, du réseau Innovage Suisse centrale, nous confie : « Après la retraite, j’étais en quête d’un nouveau sens à ma vie. Innovage est arrivé à point nommé ». 

Pascale Brudererer, Conseillère aux États, souligne également l’importance du travail des spécialistes retraités d’Innovage : « Innovage allie littéralement l’âge à l’innovation. Elle contribue à la construction de ponts entre les générations — ce qui recèle un potentiel social incommensurable ».

Mme Moser regarde l’heure : elle doit filer à son prochain rendez-vous. Elle avale la dernière gorgée de café. Quel est le secret de votre motivation pour ce travail bénévole ? « Le feu sacré ! ». Après une salutation amicale, elle saute dans le tram.

Sabri Dogan